Journal de bord d’un projet : #ArcheDAurèle

Illustration de couverture de Tomislav Tomic. 

Vous le savez peut-être, novembre est le mois de l’écriture. Le NanoWriMo, un challenge d’écriture, se passe en effet durant ce mois ! Autant profiter de la dynamique de cette période pour se donner un défi ! Et ça tombe bien, parce que en ce moment, je n’ai plus beaucoup le temps d’écrire ! 


Passons aux caractéristiques du projet :

Titre : Arche d’Aurèle

Taille : une novella autour de 100 000 signes espaces comprises

Genre : science-fiction, peut-être romance

Inspiration : le mythe de l’arche de Noé

Pour : les éditions Alter Real


Journal de bord

Le 25/10/17

Etant enfant, j’étais vraiment en adoration complète devant les aventures de Noé. Comme beaucoup d’enfants, j’adorais les animaux et je trouvais cette histoire de l’arche merveilleuse (et pourtant bien cruelle quand on connait les raisons du déluge). Enfin, une idée à germer s’inspirant de ce mythe. J’en suis ravie !

Je travaille beaucoup mon inspiration à partir d’images. A la base j’étais partie sur un bateau classique et peu à peu il s’est personnalisé. J’ai imaginé un bateau volant ambiance steampunk, et puis j’ai pensé à un engin rafistolé… On verra bien qu’elle allure le bateau aura le 1er novembre ! Il peut encore beaucoup évoluer !


Du coup, l’idée que je me fais de ce fameux bateau m’a permis de commencer à définir son propriétaire. Je l’imagine rafistolé, à l’image du bateau, mais aussi bricoleur, un homme ni vieux ni jeune. Rêveur aussi…



Comme le montre les images je suis partie dans plusieurs directions. J’ai un coup de cœur pour cette illustration (malheureusement Pinterest a du perdre son auteur) qui dégage beaucoup de choses, je trouve. La caractéristique « rêveur » prendrait-elle le dessus ? Il a l’air pensif, altruiste aussi, à l’image du « Noé moderne » qu’il est.

D’ailleurs, il lui faudrait un nom. Il représente Noé, certes, mais lui donner ce nom me semble un peu trop évident. Bon, son nom de code sera Noé en attendant qu’il en trouve un à lui !

Qui dit arche de Noé, dit forcément animaux ! Bien sûr ! Voici quelques bestioles bien sympathiques qui pourraient monter à bord de l’arche !



Plusieurs idées me sont venues concernant les animaux de l’arche. Voici les principales, en vrac (c’est vraiment comme ça dans ma tête !) :

  • Les moutons en pagaille : bon, j’imagine que peu d’entre vous le savent, mais, oui, j’aime beaucoup les moutons ! C’est naturellement donc que cette première idée m’est venue ! Notre #Noé pensait avoir le temps et a commencé à faire les choses bien, mais vraiment bien. Il a commencé à répertorier les différentes races de moutons et à les chercher. Résultat : on peut trouver un tas de moutons dans le bateau ! Ça serait un beau clin d’œil à tous mes amis qui me pensent complètement folle d’aimer les moutons ! Faut bien le dire, c’est classe un mouton !
  • Les animaux du cirque : alors oui, parce que si tu habites Nancy et que tu cherches des animaux exotiques, tu as le zoo ou le cirque. Sachant qu’avec des animaux du cirque on peut bien plus créer, et même franchir un tout petit petit la frontière du réalisme, j’ai choisi tout de suite le cirque ! (même si je ne suis pas une grande fan de leur pratique). Mes illustrations préférées sur cette thématiques juste ci-dessous. J’aime bien l’idée d’un éléphant recouvert d’un imprimé qui peu à peu s’effacerait à mesure qu’il se rapprocherait de sa liberté. J’aime bien aussi l’idée des souris que notre #Noé aurait été chercher dans un cirque alors qu’il y en avait probablement déjà dans les cales du bateau. La girafe mangeuse de lune est assez convenue, mais je peux peut-être en faire quelque chose. A voir ! (Elephant de Kevin Sloan, les deux autres, je ne sais pas, Pinterest a mangé les sources !)

  • Les animaux de la ferme : les parents de notre personnage principal pourrait être fermier. Quoi de plus simple pour enlever un bon paquet d’animaux !

Et puis si notre #Noé veut préserver l’espèce humaine, il lui faudra aussi d’autres humains dans le bateau !



J’ai également commencé un tableau sur l’océan. L’idée que j’ai commencé à me faire du personnage principal commence à donner un environnement très poétique… A voir si je garderai l’idée ou non. Mais j’aime l’idée !



Le 29/10/17

Je commence à mieux visualiser le personnage principal. Il se nomme (pour l’instant) Aurèle. Nom que je trouve assez poétique et collant à l’image que je me fais de mon personnage. J’ai aussi trouvé une autre illustration qui colle pas mal à l’idée que je me fais physiquement de lui, je vous la partage juste à droite (de LoranDeSore) !

Voilà ce que j’ai noté au brouillon à son propos :

Un personnage principal rêveur, zen, paisible. Un berger sur le sommet de sa montagne. Son père était ébéniste, il lui a apprit à travailler le bois. Alors que l’eau commence à monter, les survivants s’affolent. Sauf lui qui consolide son bateau et vieille à ses bêtes jusqu’à ce que son navire soit prit par les flots.

J’aime beaucoup l’idée du berger solitaire et rêveur qui connaît mieux les animaux que les Hommes finalement. Je trouve que ça colle bien à l’idée de l’arche de Noé. Pendant des années il va concevoir le bateau à partir de matériaux de récupération, pour construire son rêve d’enfant : un bateau-ville. Je n’imagine pas une histoire jeunesse, mais j’ai très envie de garder une dimension merveilleuse à mon histoire.

Un personnage rêveur/poétique/berger ça ne fait pas toute une personnalité. Pour me faciliter le travail et m’inspirer, je suis partie sur la signification du prénom Auban (celle d’Aurèle ne me plaisait pas du tout !). Je ne vais pas tout garder, mais déjà je sens que le personnage prend du volume dans ma tête, devient plus réel. Voici ce que nous dit le site http://www.signification-prenom.com a propos d’Auban du coup :

Qui est il ? C’est un homme assez insaisissable, secret et réservé, souvent timide et sur la défensive. Pourtant, cette tendance est fortement contrebalancée par une autre qui le pousse à s’exprimer, à communiquer, le personnage compensant souvent ses doutes et son inquiétude par un comportement extérieur d’apparente aisance, parfois provocante. Il y a en fait une double nature chez Auban : l’homme actif, dynamique, gai sinon insouciant, parfois instable, ennemi de toutes contraintes. Pour lui l’action et le changement sont essentiels pour assumer son besoin incessant de découvertes et d’aventures. Mais il y a aussi l’homme cérébral et tourmenté, quelque peu sombre ou pessimiste, enclin à se poser les questions existentielles, en quête des réponses fondamentales. Sa compréhension est rapide, son esprit vif et analytique […] Son scepticisme le rend volontiers sarcastique ou moqueur. Il peut être tenté de prendre le chemin de la facilité, ou celui des études, ou celui, plus courant, de l’action : il recherche avant tout l’autonomie et la liberté. Auban est assez déconcertant et peut passer pour un original, un être « à part » justement parce qu’il n’aime pas suivre la même route que les autres, cela pouvant le conduire parfois vers une certaine marginalité. Enfant, il faut l’élever avec une certaine rigueur, lui inculquer les notions de travail et de discipline et corriger sa tendance à la facilité. Il se montrera souvent instable, désordonné, impatient, coléreux, vaniteux. Les activités physiques et ludiques le tentent, aussi sera-t-il judicieux de surveiller de près son travail scolaire. Fondamentalement, c’est un enfant astucieux et vif qui ne demande qu’à se passionner pour les études.

Qu’aime-t-il ? Ses aspirations le portent à l’action, au sport ou à l’aventure, l’inconnu étant pour lui particulièrement attirant et stimulant. Si par hasard c’est le domaine de l’investigation intellectuelle qui l’attire, il sera certainement très friand d’ethnologie, d’archéologie ou de philosophie, mais aussi des dernières techniques ou peut-être de science-fiction… Il aime s’amuser, rire et profiter des plaisirs de la vie. En amour, il a du succès car il sait être charmeur et charmant. Mais il se sent souvent incompris car, sous cette aisance apparente, se cache la pudeur d’un homme qui exprime difficilement ses sentiments intimes. Auban est sensuel et épicurien, à moins que sa nourriture ne soit essentiellement intellectuelle.

La suite au prochain rendez-vous !


Le 10/11/17

Déjà, première chose, mon cahier (Flying Spirit chez Clairefontaine) spécial L’arche d’Aurèle est magnifique ! Regardez moi ça ! J’adore cette collection, et aujourd’hui j’en ai acheté un deuxième (plus grand). Je suis folle du papier ! Ça me donne envie de reprendre Paupières froissées… (univers du Voi-e-x Liberté), mais ne cédons pas à l’impulsion ! En novembre, je bosse L’arche d’Aurèle ! Et oui, le projet a enfin un nom ! Le gardera t-il ? Ça, je n’en sais rien !

J’ai beaucoup écouté Marina Kaye durant ces premiers jours d’écriture et surtout Something . Bon, je n’ai pas beaucoup avancé quantitativement, mais j’y vois beaucoup plus clair ! Les six premiers chapitres sont bien net dans ma tête. J’ai écrit un peu en vrac pour le moment et j’ai bossé pendant toute une après-midi sur le premier paragraphe du chapitre 1. C’est tout moi ça ! Je bosse via Scrivener et c’est vraiment pas mal pour structurer mes idées et avancer là où l’inspiration me porte.

Concernant les personnages, Aurèle est toujours présent. Un deuxième personnage a débarqué (ou plutôt embarqué en l’occurrence) et elle est lié au monde du cirque. Je n’en dis pas plus. J’ai aussi gardé l’idée de la présence de moutons !


 

Le blog

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *